On’

Halloween, c’est has been ?

Importée des États-Unis dans les années 1990, la fête des sorcières n’a jamais vraiment trouvé son public dans l’hexagone. Pourtant, les vendeurs de masques de monstres et de citrouilles en plastique sont formels : Petit à petit, l’engouement pour Halloween reprend. Un bonbon ou un sort ? Il y a une vingtaine d’années, commençaient de […]

Importée des États-Unis dans les années 1990, la fête des sorcières n’a jamais vraiment trouvé son public dans l’hexagone. Pourtant, les vendeurs de masques de monstres et de citrouilles en plastique sont formels : Petit à petit, l’engouement pour Halloween reprend.

Un bonbon ou un sort ? Il y a une vingtaine d’années, commençaient de vastes opérations commerciales pour faire connaître aux petits Français la merveilleuse fête d’Halloween. Pourtant, malgré les milliers de citrouilles et de balais de sorcières qui décoraient les magasins, le public ne s’est pas laissé séduire. “Halloween a été considérée en France comme une fête étrangère et de mauvais goût.” analyse Nadine Cretin, historienne des fêtes.

Un diagnostic approuvé par un chef de rayon de l’enseigne Truffaut. “Il y a 12-14 ans, on a trop mis en avant Halloween, et beaucoup trop vite. Les clients se sont plaints en disant que c’était une fête païenne et gore. Les gens ont trouvé qu’on leur imposait cette fête et il y a eu un rejet.”

Un rejet qui a fait disparaître les déguisements de fantôme, sorcière et vampire de nos enseignes de décoration préférées. Encore aujourd’hui, rares sont ceux qui maquillent leurs enfants pour aller sonner chez les voisins. “J’ai des clients qui m’expliquent qu’ils prévoient des bonbons pour les enfants la nuit d’Halloween, mais que personne ne vient”, reconnaît un vendeur de la boutique de déguisement Au clown de la République. Un changement d’habitudes qui, selon lui, ne signifie pas la fin d’Halloween en terre gauloise. Loin de là.

Une fête de plus en plus populaire…

Halloween est de plus en plus fêtée !” s’enthousiasme le vendeur de masque à l’effigie de Freddy ou d’autres monstres. “Pour nous qui vendons des costumes, c’est la fête la plus importante de l’année, elle représente 30% de notre chiffre d’affaire”, assure-t-il. Le désamour des Français pour Halloween serait-il en train de s’estomper ?

C’est aussi ce que semble considérer l’enseigne Hema, une chaîne spécialisée dans les articles pour la maison à bas prix. “C’est la première année où l’on a réellement eu des produit halloween en boutique”, explique la manager d’un magasin près de Bastille. Pourtant, à une semaine de la fête des morts, on n’y trouve plus aucun accessoires ou déguisements lié à la fête. “C’est parce que ça s’est beaucoup vendu”, précise la manager. “Ça s’est écoulé très vite et nous n’avons pas été réapprovisionné, donc on n’en a plus.”

La fête du 31 octobre semble donc, finalement, de plus en plus populaire. Une tendance confirmée par les chiffres d’intensité de recherche sur Google. L’intensité des recherches sur Halloween a même fini par dépasser en 2013, l’intensité des recherches sur la Saint-Valentin !

… Et qui commence à entrer dans les moeurs

Pas à pas, la fête d’Halloween, que de très nombreux Français avaient rejeté, parvient à s’installer dans les mœurs. Pour autant, entre les années 1990 et aujourd’hui, le public visé par cette fête n’est plus le même, selon le chef de rayon d’Halloween chez Truffaut. “Ce sont moins les adolescents que les jeunes parents qui sont ciblés aujourd’hui. On va avoir des produits plus enfantins pour plaire aux trentenaires et à leurs jeunes enfants.”

C’est donc en se renouvelant que le marketing autour d’Halloween a pu relancer cette fête après un désastreux mauvais départ. Pour autant, les Français restent raisonnables et ne dépense pas de fortune en costumes ou décorations. “Ça n’a rien à voir avec l’importance qu’Halloween connaît en Amérique du Nord”, précise Nadine Cretin. “Là-bas, les maisons sont décorées avec humour autour du thème de l’épouvante.” Si les ventes de petites citrouilles en plastique augmentent, pas sûr que beaucoup soient encore prêts à en acheter une de la taille de leur maison !

crédit photo : Seaside

Syrielle Mejias

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .