On’

En immersion dans le Grand Procès de La Sorbonne

Des baguettes magiques, Fleur Delacour, Dumbledore… Que se trame-t-il à La Sorbonne ? Jamais autant de personnes ne se sont ruées dans l’amphithéâtre Richelieu, et avec autant d’entrain, que ce mercredi 11 octobre. Révolte Toi Sorbonne et l’AsEED ont accompli le pari fou de réunir près de 700 étudiants lors du procès historique de Severus Rogue. 

Une mise en scène abracadabrante

En arrivant dans l’amphithéâtre Richelieu, nous ne savons pas trop à quoi s’attendre. Les lumières s’éteignent, se rallument avant qu’une vidéo ne soit projetée à l’écran. Le procès commence enfin. Le synopsis ? Contre toute attente, Rogue, célèbre professeur de potions à l’école Poudlard, n’est pas mort et s’est caché de nombreuses années. La Cour internationale de Justice, créée pour juger les Mangemorts, va se rassembler une dernière fois à la Sorbonne pour un procès historique. Une chose est sûre : nous sommes directement plongés dans l’ambiance.

Après cette entrée en matière, place au jury, composé de François-Guy Trebulle (Directeur de l’Ecole de Droit de la Sorbonne), Maitre David Gabriel (avocat au barreau de Paris), Hugo Rousselle (doctorant en histoire du droit) et Corentin Faniel (Rédacteur en chef de gazette-du-sorcier.com). Une personne est également choisie comme jury dans le public, personne que nous pouvons récuser. Le débat peut alors commencer :  Rogue est-il coupable ou est-il un héros ?

« Juger des actes, pas des intentions »

Incarné par Samuel Ghanem, Severus Rogue est « venu rétablir une vérité », sans papiers, sans aucune préméditation possible. Accusé du meurtre d’Albus Dumbledore, il affirme qu’il n’a fait qu’accomplir la volonté de ce dernier. Il prône sa loyauté, montre qu’il a sauvé des centaines de vies.  En somme, c’est un véritable héros. Il s’accorde aussi quelques notes d’humour, fait référence au sixième livre d’Harry Potter : “Cela devenait difficile, même pour un prince, lorsque l’amour s’en mêlait”. Il admet être responsable de nombre de méfaits, mais lorsqu’on connait l’histoire :  est-ce qu’être responsable est être coupable ?

Pour Gabriel de Courcy, premier avocat de la défense, le professeur de potions de Poudlard est un héros, certes persécuté, qui ne mérite pas une accusation si imparfaite. Comment condamner un homme qui a protégé une famille, sauvé un garçon de 16 ans et affronté le seul et l’unique Voldemort?  Il demande donc l’acquittement pour un « héros innocent » dont le « seul rôle est d’avoir été persécuté ».

Après Gabriel de Courcy, c’est au tour de Dumbledore, principal intéressé de témoigner. Notons que Révolte toi Sorbonne et l’AsEED n’ont pas lésiné sur les déguisements. Perruque blanche, cape, tout était là. Notre témoin va donc se battre pour son loyal “serviteur”. “A aimer sans l’être en retour, Rogue est mort pour qu’Harry vive.” Dumbledore réclame l’acquittement de Rogue, et va même jusqu’à le remercier de lui voir infliger sa propre mort. Le public semble conquis par ce plaidoyer parfaitement livré.

Le deuxième avocat de la défense va enterrer tout argument qui pourrait venir blâmer Rogue. Il nous explique que Dumbledore souffrait d’une nécrose à la main due à une potion ingérée et que l’Euthanasie est alors légale. Rogue aurait donc “sauvé” Dumbledore d’une mort atroce !

Pas de pitié pour Severus Rogue

Face à Rogue, l’accusation. Timothée Drezet, le procureur, réincarné en Ron Weasley, va longuement exposer des preuves accablantes envers Severus Rogue : absence de compassion, triple meurtre, complicités d’assassinats, utilisation de la magie noire, soutien à Voldemort. Face à ces actes qui « ne s’effacent pas d’un seul coup de baguette magique », la réclusion criminelle à perpétuité à Azkaban est demandée.

Étrangement, c’est Neuville Londubat, incarné par Salah Moussa, qui vient témoigner à la barre pour l’accusation. C’est une grande surprise. Ce n’est pas un Neville faible et plaintif qu’on retrouve. Non ! Neville veut que son ancien professeur soit jugé pour ses crimes ! L’angle d’attaque est d’exposer la vérité vis à vis de la personnalité de Rogue. Cela met également en lumière la personnalité d’un homme qui, pendant toute la scolarité du jeune homme, l’a traumatisé. Neville dénonce le rôle d’agent double de Rogue lors de la Résistance. Durant des années, il a activement soutenu Voldemort, pour se retourner soudainement vers le “bien”. Un espion pour le compte de Dumbledore ? Un « emploi fictif » pense Neville. Il n’y a qu’un seul Rogue, un homme avec une « haine si pure”. Dans ce cas-là, un seul droit doit s’appliquer !

De la difficulté de plaider à contre-courant

Dans une salle conquise à la cause du maitre des potions, le travail du ministère de la magie n’est pas chose facile. Exposer les faits commis par un accusé innocenté d’avance par les films n’est pas chose aisée. Même Neville, qui a gagné le coeur du public, n’a pas réussi à inverser le verdict des cinq juges. Parce que oui, à la question « Etre responsable c’est forcément être coupable”, les juges ont tranchés. C’est un non.

À la fin du procès, Salah Moussa revient sur cet évènement. « Je ne verrai plus jamais Neville de la même manière. Je suis content de ma prestation, le public a été très réactif et j’ai eu l’impression que quelque chose d’unique s’est produit. La principale difficulté à incarner Neville, c’est Neville lui-même. On se l’imagine très bien pendu à un lustre, mais moins en tant que témoin. Et pourtant, comme Harry, il a osé faire face à Voldemort. Ce n’est donc pas qu’un loser ». Revenant sur le fond du procès, il regrette d’avoir « d’avantage plaidé avec le pathos qu’avec le droit. On n’a pas assez appuyé sur les faits, se contentant seulement de sonder ses intentions ».

Finalement, le procès aura été un grand succès, particulièrement interactif. Révolte toi Sorbonne et l’AsEED sont des as de l’éloquence mais aussi du storytelling. Ils n’ont pas lésiné sur les moyens : teasing, live, costumes, sondages, aftermovie. Tout est là.

Article rédigé par Clotilde Moulek et Pierre Portier

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned invalid data.