/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); L’émission politique avec Marine Le Pen : analyse d’un oral de rattrapage - On’
On’

L’émission politique avec Marine Le Pen : analyse d’un oral de rattrapage

Marine Le Pen était sur France 2 pour l’émission politique ce jeudi 19 octobre. L’occasion pour la candidate malheureuse à l’élection présidentielle de se remettre sur le devant de la scène politique, après une longue traversée du désert. Retour sur une prestation qui fait suite au grand entretien du président dimanche dernier (15 octobre). C’est sur […]

Marine Le Pen était sur France 2 pour l’émission politique ce jeudi 19 octobre. L’occasion pour la candidate malheureuse à l’élection présidentielle de se remettre sur le devant de la scène politique, après une longue traversée du désert. Retour sur une prestation qui fait suite au grand entretien du président dimanche dernier (15 octobre).

C’est sur le vif que l’émission démarre. Léa Salamé donne le ton : meilleur score jamais enregistré pour le FN, mais le parti semble essoufflé. Faible des récentes crises que le parti traverse, la France insoumise a pris la tête de l’opposition au gouvernement.  « Quel Le Pen à la tête de quel FN ?» Analyse de 2h de direct.

Marine Le Pen défenseuse des droits des femmes ?

Départ sur des chapeaux de roue. Répondant aux questions de Léa Salamé sur le harcèlement des femmes, Marine Le Pen (MLP) s’érige rapidement comme défenseuse du droit des femmes, elle la « seule chef de parti politique ». Elle se dit plus indignée du « complot du silence » autour de ces affaires dont beaucoup semblaient au courant. Pour autant, la chef du FN temporise sur le « procès médiatique » du #balancetonporc. « C’est à la justice de juger » affirme-t-elle en invitant les femmes à porter plainte. L’occasion est trop belle et MLP en profite immédiatement pour attaquer « l’islamisme radical » qui empêche les femmes de se rendre dans des cafés ou de s’habiller librement. Elle s’inquiète d’un recul « sans précédent du droit des femmes ».

Le thème revient plus tard dans l’émission avec l’invitée surprise : l’ex dirigeante du Fond monétaire internationale (FMI) Laurence Parisot. Cette dernière n’entend pas laisser MLP s’ériger en défenseuse du droit des femmes. Laurence Parisot charge MLP qui ne vote aucun des textes sur l’avancée du droit des femmes au parlement européen. Elle propose l’instauration de quotas dans les entreprises, une obligation du congé paternité. Propos complètement hors de propos pour une MLP qui répond recul des droits des femmes dans les quartiers, agressivité et perte de liberté. La frontiste explique dans le même temps son opposition aux quotas qui sont une « vision inverse des valeurs de la France ». Elle se dit partisane d’une stricte « méritocratie ».

Le FN : le meilleur ennemi des islamistes

Dans le débat « face aux français », Bernard Rougier, professeur spécialiste de l’islam à Paris 3 Sorbonne-Nouvelle soulève la question des rapports islamisme et FN. Le chercheur expose une hypothèse extrêmement intéressante. Il explique que la victoire du FN est souhaitée par les Djihadistes. En effet, ces derniers ont un objectif très précis : contrôler les mentalités des jeunes musulmans. Pour cela, les recruteurs islamistes expliquent que la France ne veut pas de ces jeunes, qu’ils seront toujours stigmatisés, méprisés, vus comme « des arabes mal intégrés ». Le FN au pouvoir serait donc donner raison et accentuer ce processus cher à ces recruteurs pervers. Bien sûr, on ne peut pas soupçonner le FN de complaisance ni à l’égard du terrorisme ni de l’islamisme. Pour autant, renforcer le FN c’est renforcer paradoxalement les islamistes. Cela permet une exacerbation des tensions des deux côtés qui renforce un affrontement direct.

La réponse de Marine le Pen sera brève : « Ils mentent. C’est étonnant venant de la part de fondamentalistes ? ». Ce que ne semble pas accepter MLP, c’est l’idée que plus on tape sur l’islamisme, plus il se renforce. Un peu comme une hydre, à chaque fois qu’on lui coupe la tête, deux nouvelles apparaissent.

La femme derrière la politique

Un nouvel élément de langage remarquable traverse tout le débat. Les journalistes l’ont suffisamment répété partout : MLP a raté son débat d’entre-deux tours. Et c’est avec une nouvelle méthode qu’elle tente de redorer son statut de leader. Nathalie Saint-Criq aura d’ailleurs noté une MLP « adoucie ». MLP casse l’image de politicien pour mettre en avant celle de femme. A Laurence Parisot elle dit vouloir parler « de femme à femme ». Face à Christophe Prudhomme, un médecin urgentiste venu parler de l’utilité des vaccins, elle répond « j’ai une double casquette, celle de mère de famille et de femme politique […] et la mère de famille elle exprime une inquiétude ». Plus tard, pour parler des attentats elle revient sur celui dont elle a été victime étant petite.

La stratégie de MLP est simple. Au débat les français ont vu une fêlure chez la candidate. Cette faiblesse, elle tente de s’en servir comme d’une béquille pour se remettre en selle. C’est une stratégie qui peut porter ses fruits mais extrêmement limitée. Certes, cela peut la relancer, mais lui retire toute forme de stature. Le débat raté peut-être pardonné, mais sa présidentiabilité en prend un coup. Le coup de grâce, c’est cette humiliation en direct où l’équipe décide de remettre les images du fameux débat. La leader frontiste paraît fatiguée et n’attaque pas. L’erreur est humaine. Malheureusement, en politique, ça ne pardonne pas.

Alors, euro ou pas euro ?

François Lenglet revient sur cette question que le Front traîne comme un boulet. Il rappelle qu’en 2007, le FN souhaitait revenir au franc. En 2012, l’euro était conservé comme une monnaie commune. Aujourd’hui en 2017…. On ne sait plus bien. Et le flou demeure. MLP répond en effet qu’elle va transformer son parti et pour l’euro répond « nous allons voir ». A suivre…

Sur les méfaits d’une sortie de l’Union Européenne – cf la facture de 60 milliard du Royaume-Uni suite au Brexit – MLP répond qu’elle souhaite protéger les agriculteurs français de la concurrence internationale… Bon…

En Marche ou crève

Vient l’heure du débat avec le ministre Gérald Darmanin. Malgré quelques flottement, MLP essaye de tenir, même si les questions du ministre restent sans réponse. Va-t-elle voter les lois sur le dédoublement des classes ? Elle répond clientélisme des quartiers au détriment de la ruralité. Est-elle pour la suppression de la taxe d’habitation ? Réponse « j’aimerais vous expliquer la philosophie du gouvernement Macron ». Mais certains points méritent une plus fine attention.

D’abord l’affrontement sur la question de l’ISF. Marine Le Pen dénonce un président non pas comme le président des riches mais « des très riches ». Pour le ministre c’est un impôt idiot qui freine l’économie, l’investissement et mine la concurrence. Pour MLP ce sont des mesures injustes, voire indécences. Un gouvernement qui augmente la contribution sociale généralisée (CSG) et baisse l’aide pour le logement de 5€ en faisant « en même temps » des cadeaux aux plus aisés. « Vous donnez des avantages hors de propotions et demandez en même temps des sacrifices inouïs. C’est ça qui est insupportable » conclue-t-elle.

Ensuite MLP défend une France « enracinée », une France rurale avec une culture à protéger. Elle défend cette vision contre une société en mouvement, en marche. Elle explique que la surpression de la taxe d’habitation s’inscrit dans cette logique dans la mesure où elle ne bénéficie par définition qu’aux locataires (la taxe foncière étant maintenue). C’est donc un avantage fiscal certains pour les locataires. La frontiste y voit un preuve d’amour à une société en perpétuel mouvement. Une société sans propriétaire, et donc qui ne s’enracine pas.

La question du ministre restera malheureusement sans réponse : « Vous n’êtes pas anticapitaliste ? ». Dommage, on aurait bien voulu savoir….

Marine le Pen, la Poulidor de la politique

Condamnée à être l’éternelle seconde. Marine Le Pen, même si elle réussit son émission ne sera jamais présidente. L’émission s’achève sur le fameux sondage. La chef frontiste a convaincu 90% des électeurs de son parti, et 46% des français. C’est moins qu’Edouard Philippe qui faisait 52%. Ce score laisse à présager un bel avenir pour le front national, mais comme parti d’opposition. Le débat collera à la peau d’une Marine Le Pen qui ne rassemble que 31% des français sur sa stature présidentielle.

Crédit photo : France 2

Lilian Vimal de Murs

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .