On’

Au fil des mots : l'émission culturelle où les étudiants ont le dernier mot

Sorb’on est allé pour vous à l’enregistrement de l’émission Au fil des mots, qui présente chaque semaine les artistes qui font l’actualité culturelle.

Sorb’on est allé pour vous à l’enregistrement de l’émission Au fil des mots, diffusée sur LCI, TF1 et NT1. Cette émission présente chaque semaine les artistes qui font l’actualité littéraire, cinématographique et musicale. Elle se démarque en invitant des lycéens ou étudiants à jouer le rôle de critiques culturels le temps d’un tournage. Immersion dans les studios de la Pleine Saint-Denis…

Un concept original

Créée en 2008 et initialement intitulée Au Field de la nuit, l’émission propose un concept unique qui cherche à briser les clichés sur les jeunes et la culture. L’idée originale vient d’Anne Barrère, la productrice, qui, à force d’entendre que les jeunes ne lisaient pas, a voulu les mettre « au cœur du problème ». Grâce à des partenariats avec des établissements de l’enseignement secondaire et supérieur, l’équipe leur donne l’opportunité d’être à la fois spectateurs et acteurs. « Du temps de Michel Field [ndlr, présentateur de 2008 à 2015] c’est l’émission qui se déplaçait dans les lycées et les universités et allait à la rencontre des élèves », nous explique Anne Barrère.

Aujourd’hui, c’est aux étudiants de sortir de leur zone de confort et de se rendre sur place. Cela leur permet, en plus d’intervenir durant l’émission, de découvrir l’envers du décor (déroulement d’un enregistrement, conditions de tournage, aspects techniques). « Je trouve que pour vous c’est beaucoup plus intéressant d’aller sur les plateaux puisque c’est une manière de voir des professionnels travailler dans leur milieu habituel », nous a confié Adeline Desbois-Ientile, maître de conférence à la Sorbonne, accompagnatrice lors du tournage.

Le jeudi 10 novembre 2016, ce sont donc des étudiants de Lettres de Paris IV qui ont eu la chance de participer à ce projet. Au programme, trois émissions à enregistrer en une journée ; on ne chôme pas dans le monde de la télé ! Le public (douze étudiants et la professeure) s’installe, les intervenants arrivent, dernières retouches de la maquilleuse, tests micro et ça tourne. L’émission se déroule en deux parties. Durant la première, les invités et l’équipe, composée de Christophe Ono-dit-Biot comme présentateur, et de deux chroniqueuses, échangent sur les œuvres à l’affiche. La deuxième partie, appelée « Forum », donne la parole à deux étudiants par œuvre pour une courte analyse et une question adressée à l’artiste.

Quelle légitimité en tant qu’étudiant ?

Endosser le rôle de critique a ses avantages : les étudiants qui choisissent d’intervenir dans le forum ont accès aux œuvres en avant première (certains chanceux ont ainsi découvert en studio le nouvel album de Justice, Woman, tandis que d’autres ont pu lire les versions PDF d’ouvrages en cours d’édition comme Pensées, répliques et autres tac tac de JoeyStarr). Mais ce choix implique également des responsabilités : une brève analyse et une question pertinente sont attendues en échange. Comment se sentir légitime face à des professionnels quand on est encore sur les bancs de la fac ?

Nous avons directement posé la question au présentateur, qui estime que la légitimité des étudiants repose sur leur « honnêteté ». Un regard encore novice n’est selon lui pas une tare, bien au contraire, puisqu’il permet aux jeunes de « faire part de leur étonnement », apportant un bol d’air frais au rituel de la promotion. Pour Christophe Ono-dit-Biot, tout est une question de transmission : « Il s’agit avant tout de créer un moment d’échange. Il ne faut pas voir la culture comme un entre-soi ». Pas d’inquiétude à avoir : l’opinion des étudiants quelque peu inexpérimentés est reçue au même titre que celle des journalistes. L’inquiétude pourrait même se trouver de l’autre côté du plateau…

« La jeunesse fait un peu peur »

Si les artistes sont habitués aux interviews promo, confronter leur œuvre à la critique sans filtre de la jeunesse peut s’avérer déconcertant. La productrice reconnaît elle-même que l’exercice « fait un peu peur ». Contrairement à l’équipe d’Au fil des mots, les étudiants ne sont pas tenus de faire la promo des œuvres qu’ils analysent et peuvent donc remettre en question les points de vue adoptés voire la pertinence de l’œuvre.

La plupart des invités se prêtent volontiers à l’exercice et apprécient cette spontanéité. Ladislas Chollat, metteur en scène venu présenter avec Florian Zeller leur pièce Avant de s’envoler nous a joyeusement donné ses impressions à chaud après le tournage : « C’est super, ça change ! Il est rare d’avoir affaire à des discours francs, c’est très formateur ». La transmission prônée par l’émission et son forum semble donc effective, le débat s’avère enrichissant tant pour les étudiants que pour les invités. Ces derniers acceptent même de bon cœur de répondre à d’éventuelles questions supplémentaires hors caméra.

La dimension impressionnante des interventions du forum réside notamment dans l’absence de censure. A part la consigne d’éviter toute agressivité, les étudiants ont carte blanche : « Il n’y a pas de validation de ma part, les étudiants sont libres de poser les questions de leur choix », nous a expliqué Adeline Desbois-Ientile. Ni la professeure accompagnatrice, ni la production d’Au fil des mots n’ont demandé à vérifier nos questions au préalable. La surprise est donc totale pour les artistes comme pour les journalistes qui ne savent pas à quoi s’attendre.

Même s’il est rare que le débat donne lieu à des situations embarrassantes, un dérapage est toujours possible, comme l’a prouvé le clash mémorable entre Nicolas Bedos et une étudiante en 2011. Ce genre de débordement fait partie des risques du métier que la production a choisi d’assumer puisque le clash n’a pas été coupé au montage, préservant ainsi l’authenticité de l’émission.

Et surtout n’oubliez pas, comme le conseille le présentateur en fin d’émission : « Allez au cinéma, allez au théâtre, lisez des livres, bref, profitez de la vie ! »

Si vous souhaitez regarder l’émission :

Sur LCI :

  • Le vendredi à 1h00
  • Le samedi à 23h00
  • Le dimanche à 20h10

Sur TF1 :

  • Le lundi à 02h10

Sur NT1 :

  • Le mercredi à 07h10

Albane Guichard

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .