On’Media

Accord de paix, vol MH17, Van Gogh… La semaine en bref #12

Le résumé de l’actu de la semaine du 26 septembre au 02 octobre par les rédacteurs de Sorb’on.

Union européenne : Projet de distribution de cartes prépayées aux réfugiés en Turquie

Lundi, l’Union Européenne a annoncé une aide de 350 millions d’euros pour les migrants en Turquie. Chaque mois, les réfugiés disposent d’une carte prépayée contenant cent livres turques, soit trente euros par mois pour les besoins de première nécessité tels que la nourriture, le loyer, et les vêtements. Pour les parents qui doivent pourvoir à l’éducation de leurs enfants, la somme sera plus conséquente. Pour bénéficier de cette aide, les migrants doivent faire une demande dès octobre. Les premiers bénéficiaires seront syriens. L’opération est sous la direction du Croissant-Rouge turc et Programme alimentaire mondial (PAM). D’après Bruxelles, ce projet est rentable pour l’économie turque : les migrants achètent des produits locaux et cela peut renforcer leur intégration.

États-Unis : Premier débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump

Dans la nuit de lundi à mardi a eu lieu le premier débat présidentiel entre la candidate démocrate Hillary Clinton et le candidat républicain Donald Trump. Un débat de 90 minutes, arbitré par le journaliste Lester Hold, présentateur du JT du soir sur la chaîne NBC News. Etant lui-même Afro-Américain, Donald Trump l’a accusé d’être pro-démocrate, alors que selon une enquête, Lester Hold est inscrit sur la liste des électeurs républicains.

Hillary Clinton est restée très souriante et décontractée. Elle a défendu ses propos avec conviction et a présenté un programme clair. Donald Trump a été beaucoup plus dans l’attaque : il coupait la parole à son adversaire, faisait des mimiques, pouffait lors de certaines allocutions d’Hillary Clinton, évitait les questions difficiles. Elle a souvent invité le public et les journalistes à aller vérifier les informations qu’énonçait Donald Trump. Lui a invoqué souvent le mensonge des médias. Donald Trump a appelé constamment Hillary Clinton « Mme la secrétaire Clinton » tandis qu’Hillary Clinton l’a appelé « Donald ».

Donald Trump a notamment critiqué Hillary Clinton pour ne pas avoir mis en place tous les éléments de son programme présidentiel alors qu’elle travaillait déjà au sein du gouvernement. Hillary Clinton a quant à elle pointé du doigt le fait qu’il ne veuille toujours pas publier sa déclaration d’impôts. Pendant les dernières minutes du débat, Donald Trump a attaqué Hillary Clinton sur son état physique : « Elle n’a pas l’apparence et elle n’a pas l’endurance pour être présidente ». Ce à quoi Hillary Clinton a répondu « Quand vous aurez parcouru 120 pays, témoigné pendant 11 heures d’affilé devant le Congrès, négocié des traités de paix… vous viendrez me parler d’endurance. »

Deux autres débats sont prévus, les 9 et 19 octobre.

Colombie : Accord de paix historique entre la Colombie et les FARC

Après de 52 ans de lutte, les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et la Colombie ont signé un accord de paix historique ce lundi 26 septembre à Cuba. Une cérémonie a été organisée pour l’occasion. Les signataires, le président colombien Juan Manuel Santos et le commandant en chef des FARC, Rodrigo Londoño (plus connu sous son nom de guerre Timochenko), étaient  accompagnés d’invités et de victimes du conflit. De nombreux chefs d’État se sont déplacés pour l’occasion, dont 15 chefs du continent et 27 ministres des Affaires étrangères. L’accord doit être validé aujourd’hui par les Colombiens par référendum. Ils y seraient, selon les sondages, largement favorables.

Les soldats des FARC devront déposer les armes aux Nations-Unies dans un délai de six mois. L’Union Européenne a d’ailleurs supprimé le mouvement de Timochenko de la liste des organisations terroristes.

États-Unis : Ouverture du premier musée des héros afro-américains.

Un musée qui retrace l’histoire de la population afro-américaine a vu le jour cette semaine. C’est le président Barack Obama qui a inauguré l’ouverture de ce lieu avec un discours où il réaffirme la place centrale des Noirs dans l’histoire américaine. Pour Obama, ce musée pourra faire comprendre l’état d’esprit afro-américain et surtout expliquer les réactions violentes aux récents événements. Un discours prononcé dans un contexte de tensions, de bavures policières et d’avènement de mouvements américains comme Black Lives Matter (mouvement qui se propage dans le pays depuis 2013 s’est même exporté en France). L’ONU parle même de “terrorisme racial” et lance la question du dédommagement des familles d’anciens esclaves américains au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Transparence : Les députés écologistes européens lancent une plate-forme sécurisée pour les lanceurs d’alertes

Ce mardi 27 septembre, les députés verts européens ont ouvert une plate-forme pour les lanceurs d’alerte. Intitulée EULeaks, ce site devrait garantir l’anonymat et la sécurité des lanceurs d’alerte. Parmi les 12 eurodéputés écologistes à l’origine de cette initiative, on retrouve Eva Joly et Michèle Rivasi pour la France. Les potentiels lanceurs d’alerte devront tout d’abord se connecter à Internet via le navigateur TOR (téléchargeable gratuitement, il permet de naviguer anonymement sur le web) pour pouvoir accéder à la plateforme. Le site permet également au lanceur d’alerte de préciser le degré d’exploitation qu’il accepte pour les informations qu’il aura transmis, et leur degré de sensibilité.

Israël : Décès de l’ancien président et prix Nobel de la Paix, Shimon Peres

L’ancien chef d’État israélien Shimon Peres est décédé ce mercredi 28 septembre à l’âge de 93 ans, des suites d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC). Plusieurs fois premier ministre, il avait surtout été président de l’État d’Israël de 2007 à 2014. Considéré comme l’un des derniers pères fondateurs de l’État d’Israël, il avait reçu le Prix Nobel de la Paix en 1994, avec Yasser Arafat (alors président de l’Autorité Palestinienne) et Yitzhak Rabin (alors homme d’État israélien) pour les pourparlers de paix qui avaient mené aux accords d’Oslo. Au lendemain de sa mort, près de 30 000 Israéliens étaient descendus dans la rue pour défiler et venir se recueillir devant la dépouille de l’ancien dirigeant. L’enterrement a eu lieu ce vendredi 30 septembre, avec la présence de représentants de 70 pays : Barack Obama, François Hollande, le prince Charles, Nicolas Sarkozy, Bill Clinton… et même Mahmoud Abbas. Le Président de l’Autorité Palestinienne et le Premier Ministre Israélien Benyamin Netanyahu ont d’ailleurs échangé une poignée de main avant la cérémonie des funérailles.

États-Unis : Barack Obama nomme un ambassadeur à Cuba

Ce mardi 27 septembre, le président des États-Unis d’Amérique a choisi un nouvel ambassadeur pour représenter le pays à Cuba. Le nouvel ambassadeur désigné est Jeffrey DeLaurentis, un diplomate. Mais la décision du président a encore besoin d’être validée par le Sénat américain, et pourrait subir l’opposition des républicains. Cette initiative joue la continuité avec le rapprochement des Etats-Unis et de Cuba depuis l’année 2014, concrétisée en 2015 par la rencontre entre Barack Obama et Raul Castro. Entre les années 1960 et 2010, toutes les relations diplomatiques entre les deux pays avaient été rompues, y compris toutes les représentations (ambassades, chancelleries, etc…). Le 1er juillet 2015, l’ambassade américaine à Cuba reprend ses activités, mais jusqu’à présent elle ne comptait pas d’ambassadeur à proprement parler. Elle était seulement dirigée par un « chargé d’affaire », ce même Jeffrey DeLaurentis.

Ukraine : premiers résultats de l’enquête sur le crash du vol MH17

Selon les enquêtes du parquet néerlandais, le Boeing 777 et tous ses passagers ont été la cible d’un missile acheminé depuis la Russie dans l’est de l’Ukraine, le 17 juillet 2014. Les enquêteurs s’appuient sur le contexte politique et militaire de l’Ukraine, avec la présence des rebelles séparatistes pro-russes. Mercredi, lors d’une conférence sur les premières conclusions, l’un des enquêteurs a retracé l’itinéraire du missile BUK grâce à des photos, témoignages, vidéos et conversations téléphoniques. Le missile aurait été tiré dans la sphère pro-russe, mais on ignore encore les auteurs et les causes de son lancement. Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a réfuté catégoriquement ces accusations. Pour lui, la Fédération de Russie avait fourni aux enquêtes toutes les informations nécessaires, et le missile n’apparaît pas sur les données. “S‘il y a eu un missile, il n’aurait pu être tiré que d’un autre territoire” a-t-il conclu.

Loi JASTA : les familles des victimes du 11 septembre autorisées à poursuivre l’Arabie Saoudite

Le projet de loi Justice Against Sponsors Terrorism Act (justice à l’encontre des soutiens des actes terroristes) a été présenté par deux politiciens de camps adverses : Chuck Schumer, (sénateur démocrate de New-York) et John Cornyn (sénateur  républicain du Texas). Il stipule  que tout Américain proche des victimes peut traduire en justice les Etats liés directement ou indirectement aux attentats de 2001. L’Arabie Saoudite ne figure pas explicitement dans le texte mais sachant que quinze des dix-neuf terroristes du 11 septembre sont saoudiens, le royaume est clairement concerné par ce projet de loi. Barack Obama a lancé son droit de veto, qui a été rejeté unanimement par les parlementaires du Congrès américain. Pour le chef de l’État, cela compliquerait les relations avec l’Arabie Saoudite.

Art : Deux tableaux de Van Gogh volés, viennent d’être retrouvés en Italie

C’était dans le musée Van Gogh d’Amsterdam, le 17 décembre 2002, que deux toiles du célèbre peinture ont été dérobées. Vue de la mer de Scheveningen (tempête), datant de 1882, et Sortie de l’église de Nuenen, peint en 1884. Les deux voleurs étaient passés par le toit du musée, avaient brisé une vitre pour s’emparer des œuvres et s’étaient échappés en descendant le long d’une corde. Ils avaient été retrouvés et condamnés à la prison, sans que les forces de police ne puissent remettre la main sur les œuvres, jusqu’à ce vendredi 30 septembre, 14 ans plus tard. Les toiles étaient soigneusement enveloppées dans des tissus de coton dans la maison d’un trafiquant de drogue, en Italie, à proximité de Naples. L’homme en question, Raffaele Imperiale, absent ce jour-là, est recherché pour ses liens avec la mafia napolitaine. Après certification, les peintures représentent une valeur de 100 millions de dollars (89 millions d’euros). Tandis que de son vivant, Vincent Van Gogh n’avait pas réussi à vendre plus d’un tableau.

Article rédigé par Gaëlle Kabongo et Marie Mougin

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media