On’

Les Guignols de l'info 2.0 (pointé)

Cette semaine a vu le retour des Guignols de l’info, émission culte de Canal+. Retour avec humour sur cette nouvelle version qui en manque un peu.

Cette semaine a vu le retour d’une des émissions phares de Canal+, et vous ne pouvez pas avoir échappé à cette nouvelle version des Guignols de l’Info.
Petit récap » : cela avait fait grand bruit lorsque l’on relayait que la reprise de la chaîne par le grand méchant riche Bolloré verrait la fin de ce programme culte. Beaucoup de choses ont changé, à commencer par la diffusion à 20 h 50 et, au grand désespoir des plus pingres d’entre nous, en crypté. Chez Sorb’on, on est plutôt réfléchi et on a préféré mater une semaine de replay avant de se prononcer. C’est maintenant chose faite, et voici ce que l’on peut écrire sur la nouvelle version des Guignols.

Un melting-pot journalistique

Le nouveau schéma peut en intriguer plus d’un. L’émission est une sorte de melting-pot journalistique. Tout commence par une conférence de rédaction entre des journalistes sortis de divers horizons : PPDA jouant le rédacteur en chef, entouré d’Elise Lucet, David Pujadas, Eric Zemmour ou encore Pierre Ménes, le tout formant un joli petit groupe insolite. Quelques séquences autour d’une machine à café puis le JT débute, version BFM à peine tournée en dérision. Le tout se termine par une interview d’Elise Lucet qui rappelle celles de la journaliste à 13 h 15 sur France 2. Vous l’aurez compris, la vieille parodie de TF1 et PPDA a apparemment fait son temps, et le concentré de journalistes et de chaînes différentes nous perd un peu.

On peut ainsi avoir du mal à cerner le choix des marionnettes mises en avant. Celle d’Elise Lucet, au cœur de la nouvelle formule, rappelle un peu trop fortement, dans sa voix et dans sa personnalité, l’ancienne Nadine Morano, dans le rôle de la femme-bonhomme de l’émission. Pujadas passe pour la victime de cette joyeuse bande. On a du mal à comprendre ces choix. Même si cela fera encore gonfler la tête des intéressés, il faut bien avouer que Zlatan et l’émir du Qatar nous manquent. Les personnages légers, drôles, éloignés de la sphère politique ne sont que très peu représentés.

Pourtant, la direction a conservé le meilleur des Guignols : ses parodies de chansons ou d’émissions. Beaucoup se souviennent encore du Désolé version Sarkozy ou de Blurred Lines version Hollande. Il y a là une continuité avec l’ancienne formule et on retrouve avec joie « Marine and the Queens » (à retrouver ici). Il faut aussi noter l’excellent Chtis vs Marseillais, toujours par la famille Le Pen, juste après les régionales, il fallait y penser. Sous réserve bien sûr que vous, chers lecteurs, connaissiez le concept de cette belle et intellectuelle émission de téléréalité. Promis, si vous vous êtes déjà surpris à zapper sur W9 un dimanche après-midi de déprime, on ne le dira à personne.

Les Guignols qui donnent une leçon de morale…

C’est justement sur le plan humoristique que la déception est la plus importante, ces quelques séquences mises de côté. Ceux qui ont déjà eu l’occasion de me fréquenter pourront témoigner, je suis plutôt bon public (ndlr : on confirme !)  ; et je dois vous avouer que la nouvelle formule, en 40 minutes de vidéo, ne m’aura fait décrocher que quelques sourires en coin. Dérangeant pour une émission d’humour. Force est de constater que l’accent a été mis sur l’info au détriment du guignol. Avant, pour suivre l’émission, il fallait déjà être au courant de l’actualité. Maintenant, les deux sérieux protagonistes de BFM nous décochent des brèves à grande vitesse. Si le but des Guignols est de remplacer le vrai JT de 20 heures, il fallait le dire plus tôt. Pour l’instant en tout cas, on préfère les cheveux ébouriffés et le sourire d’une blancheur extrême de Delahousse. On citera comme exemple de manque de dérision, le tableau tragique dans l’émission du 16 décembre, qui pleure à la fois les fonds marins pollués et les migrants noyés. Ambiance. Les Guignols qui donnent une leçon de morale, c’est un peu comme une interview de Jawad : peu crédible.

Finalement, celle qui résume le mieux cette nouvelle formule, c’est la marionnette de Marion Maréchal le Pen, qui déclare « Si vous êtes déçus par la nouvelle version de Guignols, rejoignez le Front National ». Libre à vous de répondre à cette invitation, mais il faut avouer que pour une fois chez Sorb’on, on est plutôt d’accord avec elle (mais pas de logo Sorb’on bleu blanc rouge, promis).

Crédit image : Les Guignols de l’info, Canal +

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .