On’

La Séance Vintage #18 : Le Cercle des poètes disparus

Un professeur qui prône le refus du conformisme, l’épanouissement personnel et l’amour de la liberté, ça fait rêver tout le monde. D’autant plus s’il a la bonne idée d’utiliser des méthodes aussi diverses que d’arracher les pages des manuels ou de monter sur les tables. Désolé, mais il y a très peu de chance que vous le […]

Un professeur qui prône le refus du conformisme, l’épanouissement personnel et l’amour de la liberté, ça fait rêver tout le monde. D’autant plus s’il a la bonne idée d’utiliser des méthodes aussi diverses que d’arracher les pages des manuels ou de monter sur les tables. Désolé, mais il y a très peu de chance que vous le rencontriez au détour d’un couloir. Or, il y a tout de même une solution pour suivre les cours de Mr Keating : (re)regarder Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir, sorti en 1989 !
Mr Keating est le nouveau professeur de lettre de l’académie de Welton. Magnifique réplique de collège anglais, de l’autre côté de l’Atlantique. Les parents peuvent y enfermer leurs garçons contre une somme exorbitante afin d’en faire les futures élites de la nation. Tradition, honneur, discipline et excellence en sont les mots d’ordre… oh joie. On y rencontre une classe de garçons qui vont suivre les cours du nouveau professeur. Tous sont de petits prodiges, pressés par leurs parents pour fonder les bases de leur avenir triomphal… et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’enseignement de Mr Keating changera leur vie à jamais. Portés par la devise « Carpe Diem : Profitez du jour présent, que votre vie soit extraordinaire. », ils vont tout oser et tenter de prendre leur vie en main. Que ce soit pour inviter une fille, braver l’autorité de l’académie en exigeant l’acceptation de la mixité dans l’école (pas sûr que ce soit par engagement féministe), ou encore contrer l’autorité parentale suprême, afin de réellement devenir soi-même. Tous ces jeunes gens vont alors remettre au goût du jour un club existant au temps où Mr Keating était élève : le Cercle des poètes disparus. Une réunion clandestine dans une grotte où l’on se réunit pour réciter de la poésie, réfléchir, créer ou s’amuser… Et visiblement s’amuser à Welton, ça a des conséquences…
Si le scénario mérite amplement son Oscar, la distribution est elle aussi de très grande qualité. On y découvre les tous jeunes et tellement prometteurs Ethan Hawke et Robert Sean Leonard (oui, c’est Wilson dans Dr House !). Et qui de mieux pour donner vie à ce Mr Keating que l’incroyable Robin Williams ? Ni Dustin Hoffman, ni Liam Neeson, ni Bill Murray, tous trois pressentis pour le rôle. Croyez-moi, qu’importe l’amour que vous portez à ces acteurs incroyables, vous vous laisserez séduire par la performance de ce sacré Robin Williams, mêlée à la réalisation d’un Peter Weir qui réalisera dix ans plus tard un autre chef-d’oeuvre : The Truman Show. 
C’est tout simplement un beau film. Un film qui donne envie de vivre pleinement et selon les leçons de Mr Keating. Ainsi, nous en devenons nous-mêmes les élèves et il nous incite à toujours remettre en cause ce que l’on nous apprend, tout observer selon un point de vue différent de celui sous lequel on nous le présente, ne pas nous laisser aller à la facilité du conformisme… Ainsi même si on n’a pas tous la chance de rencontrer le professeur qui saura stimuler notre réflexion, profiter pendant quelques heures de l’exemple de l’indépendance d’esprit de Mr Keating, ça c’est culte.
https://www.youtube.com/watch?v=FmdVBOjtYq0
@Syrielle_Mejias
 

Syrielle Mejias

1 commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .