On’Media

Lunivert Étudiant, l'association écologiste qui vous veut du bien

Sorb’on vous propose de rencontrer l’association écologiste de Paris 1, Lunivert Etudiant.

Tous les thèmes politiques ou politisés possibles sont abordés à la fac. Vous pensez sans doute avoir fait le tour de l’offre associative : satisfaits par le groupement partageant vos idées (ou organisant des événements sympas), déçus par des associations peinant à proposer « autre chose », ou tout simplement indifférents. Mais certaines formations gagnent à être connues, comme c’est le cas de Lunivert Étudiant.

Cette association écologiste, qui existe depuis décembre 2014, mérite qu’on s’intéresse à elle quelques minutes. Oui, écologiste. Que peut-on bien faire de l’enjeu de l’écologie à la fac ? Bon, déjà, c’est bien d’en parler. Par ce qu’on n’en parle jamais. Vraiment jamais. Que ce mode de pensée débarque dans notre principal lieu de sociabilité est donc une bonne chose. De plus, on peut penser de manière pratique l’enjeu de l’écologie, sous le prisme de gestes simples, qu’il est possible d’accomplir au quotidien pour rendre notre vie étudiante plus agréable. Même s’il est évident que ce n’est pas une priorité, ou du moins que ce n’est pas perçu comme tel, l’écologie ouvre un très large champ des possibles.

 

En novembre, l’organisation du « Mois de la Terre »

Et c’est justement ce que cette association à l’effectif toujours plus large, toujours prête à discuter dans la fosse de Tolbiac veut pour vous, en proposant un tas de petits dispositifs sympathiques et de grands projets louables. Au concret, tout d’abord, le mois de novembre sera Le Mois de la Terre. Objectif : En marge des négociations de la COP21, s’interroger tous ensemble sur la notion durable.

L’évènement sera structuré par des ateliers de formation, qui, du 5 au 10 novembre, vous permettront d’appréhender des thèmes forts tels que les modes d’alimentation alternatifs (pour pas dire véganisme, on ne veut tout de même pas vous effrayer), ou encore la Justice Climatique. Mais également par plusieurs cycles de projection et un cycle de conférence.

Toujours dans une volonté de faire pénétrer l’enjeu écologie au sein de l’université, à PMF ce sont 4 documentaires, dont HUMAN, qui seront projetés en amphithéâtre du 12 au 27  novembre, tandis qu’une exposition se tiendra du 16 au 20 novembre à Saint Charles, centre des Étudiants en Art.

Troisième volet de ce mois riche en événements, des conférences-débats en collaboration avec Avenir Climatique seront également organisées le 17 et 20 novembre. Au programme, info et sensibilisation autour des changements climatiques, à PMF mais aussi à René Cassin.

En plus de ces événements, le mois de novembre sera également marqué par quelques autres surprises qu’on ne vous gâchera pas, jusqu’à son climax, le 29 novembre, et une marche pour le climat. Évidemment, tous les étudiants sont conviés.

D’autres projets alléchants pour la suite

L’association qui a déjà organisé une une poignée de conférences, une collecte de jouets, de vêtements, pour Emmaüs et le Secours Populaire, veut cette année mettre en place quelques dispositifs intéressants, en dépit de son manque de moyens :

  • un projet d’alimentation responsable, qui aurait notamment pour objectif d’opérer des changements dans vos petits menus,
  • un projet de tri sélectif, encore difficile à mettre en place, qui, par manque de moyens, une fois de plus, a été repoussé par la fac à mars 2016.

Le plus gros morceau, l’aménagement de Tolbiac, est au même stade, et se trouve être assez alléchant : projet au coût très faible, cet aménagement de l’amphithéâtre extérieur de Tolbiac (l’estrade affreuse où vous adorez détester passer du temps) permettrait d’offrir un cadre idéal de détente entre deux cours. Un lieu mêlant végétation et street-art, qui serait une sphère d’échange agréable entre les étudiants, écologique, et tout simplement cool. Pour en savoir plus, c’est toujours sur Facebook que ça se passe.

Bien sûr, tous ces projets pourraient ne jamais voir le jour, et l’action de ses étudiants pourrait tomber dans l’oubli. Mais il est possible pour nous, à notre toute petite échelle de permettre leur réalisation. Des pétitions sont en ligne, les membres de l’association sont disponibles, et prêts à accueillir toute forme d’implication de la part des étudiants ; ils ont simplement besoin d’exposition, et en méritent. Lunivert Étudiant est donc un autre exemple intéressant de plus de ce que peut être l’engagement étudiant, créatif et inclusif.

Fabrice Goyi

1 commentaire

Instagram On’ Media