On’

Nouvel album pour Jean-Michel Jarre

Jean-Michel Jarre revient avec un nouveau projet, mais le pionnier français de l’électro a-t-il réussi à évoluer avec son temps ?

C’était le 16 mars 2015, sur Twitter, Jean-Michel Jarre annonçait son nouvel album. Le pionnier de la french touch, un des plus grands performers français, l’homme aux 80 millions d’albums vendus dans le monde revient pour un projet inédit !

De quoi déclencher un tollé sur la toile ? Bizarrement non. Jean-Michel Jarre serait-il devenu ringard ? Force est de constater que la musique de Jean-Michel Jarre n’a pas très bien vieilli. Écouter Oxygène ou Rendez-Vous IV aujourd’hui, c’est un plaisir coupable et nostalgique d’une époque où le kitsch n’était pas un vilain défaut mais la base de la production culturelle. Ainsi, quand Jean-Michel Jarre annonce un album en 2015, on a plutôt l’impression qu’il s’est trompé d’époque.

Mais le pionnier de la french touch n’est pas n’importe qui, il a marqué l’histoire de la musique électronique en la rendant accessible au grand public, en la sublimant dans des concerts gigantesques. Alors même aujourd’hui, quand Jean-Michel Jarre parle, on l’écoute. Et quand il propose des collaborations à des grands noms actuels de l’électro, ils acceptent sans doute un peu vite.

Son projet Electronica (dont la première partie est sortie le 16 octobre) est un album de collaborations. L’album dans son ensemble devait ainsi permettre de rendre hommage à l’histoire de la musique électronique, avec Jean-Michel Jarre dans le rôle de grand témoin et de coordinateur de ses talentueux héritiers.

L’artiste a tenu à rencontrer physiquement chaque protagoniste de l’album, alors qu’aujourd’hui la plupart des collaborations passent par l’échange de fichiers. En écoutant l’album, on a plutôt l’impression que chaque artiste a laissé poliment entrer Jean-Michel Jarre dans son univers. Chaque titre est réellement un assemblage du son des deux artistes en collaboration, parfois jusqu’à la caricature.

Le résultat final est malheureusement décevant, malgré une démarche louable. Les morceaux sont des rencontres approximatives incapables de produire quelque chose de nouveau, où chaque artiste joue à s’imiter. Paradoxalement, c’est peut-être la rencontre avec Gesaffelstein qui reste la plus intéressante, bien qu’il soit sans doute le plus éloigné de l’électro french kitsch des années 80. Le reste de l’album apporte peu de choses à ce qui a déjà été fait, et constitue un bien triste hommage, qui ne permettra sans doute pas à Jean-Michel Jarre de faire son grand retour. Les fans de sa musique (s’ils existent encore) ne s’y reconnaîtront pas et les amateurs d’électro n’y verront aucun intérêt.


Photo : Jean-Michel Jarre en 2004, Flickr

Paul Decherf

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .