/* Chargement de la feuille du style du theme parent */ add_action( 'wp_enqueue_scripts', 'wpchild_enqueue_styles' ); function wpchild_enqueue_styles(){ //wp_enqueue_style( 'aniki-default-style', get_template_directory_uri() . '/style.css' ); wp_enqueue_style( 'bootstrap', get_template_directory_uri() . '-aniki/assets/css/bootstrap-grid.min.css' ); } /* Bloquer accès aux non-admins */ function wpc_block_dashboard() { $file = basename($_SERVER['PHP_SELF']); if (is_user_logged_in() && is_admin() && !current_user_can('publish_posts') && $file != 'admin-ajax.php') { wp_redirect( home_url() ); exit(); } } add_action('init', 'wpc_block_dashboard'); add_action('wp_logout','auto_redirect_after_logout'); function auto_redirect_after_logout(){ wp_redirect( home_url() ); exit(); } function wpse_setup_theme() { add_theme_support( 'post-thumbnails' ); add_image_size( 'a-demain', 298, 421, true ); add_image_size( 'partenaire', 300, 300, true ); } add_action( 'after_setup_theme', 'wpse_setup_theme' ); function prefix_category_title( $title ) { if ( is_category() ) { $title = single_cat_title( '', false ); } return $title; } add_filter( 'get_the_archive_title', 'prefix_category_title' ); // Create Shortcode a-demain // Shortcode: [a-demain] function create_ademain_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( 'type' => 'a-demain', ), $atts, 'a-demain' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/a-demain'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'a-demain', 'create_ademain_shortcode' ); // Create Shortcode postshome // Shortcode: [postshome] function create_postshome_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'postshome' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/postshome'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'postshome', 'create_postshome_shortcode' ); // Create Shortcode partenaires // Shortcode: [partenaires] function create_partenaires_shortcode($atts) { $atts = shortcode_atts( array( ), $atts, 'partenaires' ); ob_start(); get_template_part('template-parts/partenaires'); return ob_get_clean(); } add_shortcode( 'partenaires', 'create_partenaires_shortcode' ); include_once ( get_template_directory() . '-aniki/core/custom-post-type.php' ); Les vétérans de Tolbiac
On’

Les vétérans de Tolbiac

L’université n’accueille pas que des étudiants fraîchement diplômés du baccalauréat, mais aussi leurs aînés. Sorb’on est allé à la rencontre de ces étudiants pas comme les autres.

Ils pénètrent dans nos amphis et déambulent dans nos couloirs. Comme nous ils tentent de comprendre le « don, contre-don » de Mauss, tout en révisant la vie palpitante d’Alexandre qui est mort d’un simple rhume après dix ans de conquêtes, et en mangeant sur le pouce un sandwich du CROUS, car déjà ils sont en retard.

Ils courent de TD en TD, d’amphis en fumoirs, se perdent à la BU pour se retrouver devant un café rassurant. Une vie étudiante qui est rythmée par les cours, oui quand même, et une existence parfois posée, parfois précaire, en dehors des murs ; de prime abord ils sont des nôtres.

En revanche, quelques détails les trahissent : une tenue réfléchie, une ponctualité déconcertante et une haleine impeccable (même les lendemains de nos plus folles soirées étudiantes). Ils sont étudiants comme nous et pourtant nous n’avons pas le même comportement avec eux ; en TD nous les vouvoyons, en amphi c’est par un courtois, mais décalé « Monsieur, Madame » qu’on les interpelle. Des étudiants comme nous, mais des étudiants aux cheveux blancs.

 

Le journal Sorb’on a mené une enquête exclusive, pour percer ce mystère.

Tout d’abord, le témoignage d’Annette (non, nous n’avons pas changé son nom pour préserver son anonymat), 57 ans en Licence 2 d’Histoire de l’Art, qui nous affirme avec un sourire discret et gêné, qu’elle ne se considère pas comme un phénomène. En effet, elle s’est remise sur les bancs de la fac par plaisir, par goût et surtout parce qu’à son époque « les jupes n’étaient pas les bienvenues ». Annette a vécu en bonne mère de famille. Les marmots et le mari étant partis, elle s’est sentie naturellement poussée par cette soif insatiable de connaissance. Elle nous raconte cette étrange sensation, que l’on retrouve dans tous les témoignages : celle d’être passé, hier, à côté de quelque chose. Tous les étudiants aux cheveux blancs que Sorb’on a interrogé, nous racontent une histoire similaire, un certain besoin de voir autre chose avant le « départ ».

La vie étudiante est pour eux, une seconde jeunesse, après une vie dictée par un travail, qu’ils n’ont peut-être pas totalement choisi. Ils veulent, connaître ou retrouver aujourd’hui ce plaisir d’apprendre ; plaisir interdit, impossible ou compliqué hier.

Jacques, 63 ans, Licence 1 d’Histoire, est consterné, cependant, par ce qu’il voit dans nos amphis ; « la perte de conscience qu’étudier n’est pas qu’un droit » est la première phrase qui a rythmé notre échange. Il nous décrit avec une certaine nostalgie, une époque où il n’y avait pas ce sentiment de « je m’en foutisme » parce que les places étaient chères sur les bancs de la Sorbonne. Une époque où, aucun de ses camardes ne serait arrivé en retard, une époque où le travail et le mérite primaient sur tout. Jacques était ingénieur, mais a toujours aimé l’Histoire ; il ne souhaite pas passer d’examens parce qu’il préfère garder ce hobby comme un simple passe-temps. Un passe-temps qu’il partage avec ses petits-enfants qui le surnomment « Maestro » en référence au célèbre dessin animé  Il était une fois… l’Homme .

Ce n’est pas le cas de Jean-Pierre, 65 ans, Licence 2 d’Histoire, qui est un acharné des TD. En effet lui, n’a même pas pu accéder à l’enseignement supérieur. À son époque, « fils de maçon, maçon tu seras ». Il désire et il l’avoue lui –même, faire un pied-de-nez à la vie en étant diplômé à son âge et au regard des ses origines, par la première fac de France. Ses études il les voit comme un combat de tous les jours car pour lui « c’est super chaud , selon ses propres mots, de refaire fonctionner la mécanique cinquante ans après». Jean-Pierre, c’est le type qui vous met à l’aise immédiatement, avec une capacité déconcertante à vous parler de tout, même de ce qu’il ne connaît pas ! C’est le papy parfait, compréhensif, naturel, décontracté ; et même s’il n’a pas toujours de bonnes notes en ancienne et s’il ne brille pas tout le temps en contemporaine, il rigole lorsque son Chargé de TD à l’âge de son petit-fils.

Nous avons été, touché, par la sincérité, la gentillesse de ces anonymes ; maintenant, nous vous poussons vivement à aller vers eux. Nous espérons que vous les regarderez avec un œil différent, surtout pas celui de la compassion, mais celui d’une fraternité étudiante.

La rédaction

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .