On’

Douce Franceuh.

Tranquillement, l’Equipe de France s’est imposée 2-0 face aux Pays-Bas au Stade de France. Calmement, revenons sur cette petite rencontre, qui sans faire de la France un favori pour le prochain mondial, consacre un groupe, dont le sérieux, la cohésion et l’implication sont à saluer, plus que la performance footballistique en tant que telle.

Tranquillement, l’Equipe de France s’est imposée 2-0 face aux Pays-Bas au Stade de France. Calmement, revenons sur cette petite rencontre, qui sans faire de la France un favori pour le prochain mondial, consacre un groupe, dont le sérieux, la cohésion et l’implication sont à saluer, plus que la performance footballistique en tant que telle.

Tout au long de la rencontre, les joueurs de Didier Deschamps ont globalement maîtrisé leur sujet. Dépossédés du ballon au début de la première période, ils ont su de manière efficace contenir l’équipe adverse, jouant avant tout latéralement et peinant à imposer le moindre rythme à la rencontre. L’Equipe de France, extrêmement tranchante, grâce notamment à un Benzema très en forme et à un Griezmann entreprenant pour sa première sélection, a largement bénéficié des  errances défensives des coéquipiers de Robin Van Persie, à la fois brouillon dans le repli, absent au pressing (en particulier les milieux assez peu actifs, match amical oblige.) et très facilement déséquilibré par les changements de rythme et les appels dans l’espace des Français. Ainsi, Benzema a, lancé par Matuidi, a assez logiquement ouvert le score à la 32’ sur une jolie demi volée,  profitant d’une légère erreur du gardien, Cillessen. L’équipe de France, largement plus dangereuse qu’une équipe des Pays Bas ayant perdues à la 39’ son maitre à jouer Kevin Strootman,  s’est ensuite  une nouvelle foi illustrée, après une action collective remarquablement conclue par une reprise peu académique de Blaise Matuidi (très très bon dans le match, tout comme Yoan Cabaye, toujours aussi crucial dans la circulation) à la 41’ minute bien servie par un Mathieu Valbuena malgré tout peu visible durant cette première période.

Par la suite, le match, a rigoureusement baissé de rythme, et nos Bleus se sont contentés de gérer leur avance confortable, nous offrant une seconde période assez peu intéressante. Deschamps, dont on a senti une véritable volonté de perpétuer d’assurer la continuité du 11 à travers cette rencontre n’a pas effectué de nombreux changements significatifs, et s’est borné à tester quelques configurations envisageables en vue de la prochaine Coupe du Monde (on regrettera de ne pas avoir vu plus longtemps le trio très attendu Ribery-Benzema-Griezmann).

Dans tous les cas, la défense centrale composée de Varane et Mangala a sans doute marqué des points, les deux jeunes composant la charnière s’étant montré à la fois concentrés, intelligents, solides  mais propres tout au long de la rencontre.

Le plus marquant avec cette équipe, c’est son Etat d’esprit, elle a tout simplement fait le taf. Tantôt conquérante & solidaire tantôt mature et toujours concentrée malgré l’avance, on sent, au-delà de toute considération sportive, la formation d’un groupe, d’un collectif, prêt à redevenir pour l’ensemble des 65 millions de sélectionneurs Français une bonne raison d’être heureux.

Merci au site de la Fifa pour l'image.

Fabrice Goyi

Ajouter un commentaire

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .
Logo On'

Instagram On’ Media

Instagram has returned empty data. Please authorize your Instagram account in the plugin settings .